Accueil >> Optimisation Juridique Fiscale >> Retraite : perspectives

Retraite : perspectives

Ce qui suit n’est pas un plaidoyer contre la répartition, mais une alerte de plus sur la nécessité de bien penser la refonte de nos systèmes de retraite obligatoires pour en assurer la survie et l’efficacité redistributive. La pression démographique (vieillissement de la population) et la baisse des cotisations (taux de chômage élevé) entraîne une dégradation de la capacité de nos régimes par répartition qui se traduit sur le long terme par un rendement en baisse.

Etape 1 : 1€ de cotisations payé aux régimes complémentaires obligatoires ne crée des droits que pour 63% de sa valeur dans le cas de l’ARRCO, et 71% de sa valeur dans le cas de l’AGIRC. Pourquoi ? Tout simplement par la combinaison d’un taux d’appel de 125% (125€ cotisés ne permettent d’acheter des points que pour 100€) et des contributions  créées pour financer divers déséquilibres, démographiques, financiers et/ou liés au financement de la retraite des actifs au chômage, contributions elles aussi non créatrices de droits.

Etape 2 : Renchérissement de la valeur d’achat du point. En termes REELS (inflation retraitée), 1 point ARRCO ou AGIRC est 6,63 % plus cher en 2012 qu’en 2001.

Etape 3 : Baisse de la valeur de service du point.
En termes REELS (inflation retraitée), 1 point ARRCO donne un pouvoir d’achat inférieur de 0,66% en 2012 qu’en 2011, 1 point AGIRC inférieur de 2,37%.
 
Il n’y a pas de miracle : la sauvegarde de nos retraites par répartition nécessite des ajustements importants… et on les voit dans les chiffres.
Difficile d’augmenter massivement les cotisations (avec comme conséquence la pénalisation de la compétitivité de nos entreprises et l’aggravation du hold up des retraités sur les jeunes actifs), ou de tabler sur un recul rapide des chômeurs bénéficiaires de droits et non contributeurs (heureusement qu’ils sont protégés, le partage c’est aussi cela) .
Difficile aussi d’ajuster les pensions à la baisse de façon suffisante sans paupériser nos retraités.
Une seule issue : allonger la durée du travail (recul de l’âge de la retraite, cumul emploi retraite)…